Dans sa dernière collection mensuelle de chiffres, Hypergrid Business, le seul site relayant les dernières activités d’OpenSimulator et du métavers qu’il représente, insère en douce au milieu d’une série de statistiques une déclaration « officielle » de la grille Caprica sur la situation actuelle en Ukraine. Sans commentaire, sans guillemets et sans contre-point : « the grid fully supports the action to denazify and demilitarize Ukraine » (« la grille soutient l’action de dénazification et de démilitarisation de l’Ukraine »).

L’avis des gestionnaires de la grille Caprica est légitime : c’est leur avis, c’est légitime de le donner, et je suis heureux qu’ils profitent de la tribune qui leur est offerte pour l’exprimer. Mais la situation actuelle est un sujet clivant, il est loin de faire l’unanimité et, la dernière fois que j’ai vérifié, Hypergrid Business n’était pas un organe politique. Il n’est pas normal de citer un avis aussi tranché sans analyse, comme si c’était une conclusion bien entendue. Il y a lieu soit de ne pas en parler, soit d’aborder le sujet sérieusement, pas comme un statisticien, mais comme un journaliste.

La guerre en Ukraine nous touche tous, à titre personnel, mais aussi dans notre démarche virtuelle. Nous essayons depuis des années de construire un monde virtuel où les frontières sont des notions abstraites, obsolètes. La guerre en cours, par ce qu’elle amène en embargos, censures, sanctions, met en péril ce que nous essayons de construire : un espace de communication et d’échange ouvert à tous.

Il est en effet important de savoir si chacun des membres de notre vaste communauté hétéroclite continue à bénéficier de cet environnement sûr et ouvert. Mais si l’on évoque la question, il faut y répondre sérieusement, pas répéter au hasard le premier avis reçu.

Et quel avis ! La « dénazification » de l’Ukraine est une notion hautement politisée (c’est un euphémisme, certains préféreront dire que c’est juste de la propagande). Comment peut-on répéter ces mots, sans analyse, sans modération, dans un article supposé factuel ?

Nous vivons dans un monde de désinformation, nous devons en permanence remettre en question tout ce que nous entendons et lisons, parce que même les journalistes qui se veulent les plus intègres sont affectés par leurs propres biais et opinions. Pourrions-nous éviter d’ajouter une couche au désordre en relayant, sans prendre le temps d’y réfléchir, au milieu d’un simple exercice de comptage, des positions politiques sur un sujet qui a déjà causé des milliers de morts ?